I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

L'œuvre de Maria Valtorta
© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gifI:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gifI:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gifI:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gifI:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif


Index des groupes
de personnages

Accueil >> Plan du Site >> Index des groupes de personnages

 

Les évangélistes
et les sources possibles des quatre Évangiles
Voir aussi la fiche : Bible

Présentation
Haut de page

L’Évangile est la partie de la Bible qui rapporte la vie de Jésus (son Incarnation) de sa conception à sa Résurrection. Il est composé de quatre récits convergents dont les auteurs, inspirés par l’Esprit-Saint, ont transmis la Parole de Dieu. Sur les quatre évangélistes, deux sont des témoins directs, Matthieu et Jean, deux sont des témoins indirects, Marc et Luc. Aucun autre évangile ne peut être annoncé qui diffère de l’Évangile révélé. L’œuvre de Maria Valtorta, si étonnante qu’elle soit, entre dans le cadre des révélations privées pour lesquelles l’Église n’a que des certitudes humaines, mais non divines.     

À ce propos, Mgr Laurentin note : « Il est bien clair que Maria Valtorta ne se fait pas l'égale des évangélistes… Mêmes les précisions exactes qu'elle rajoute, ne découlent pas de la Révélation. Elles concernent seulement des informations complémentaires qu'elle a reçues oralement et intuitivement du Christ. Beaucoup sont vérifiées historiquement. Elles viennent pourtant du Christ, mais pas en tant que Révélateur de la Bonne Nouvelle
[1] ».           
Son autorité est donc personnelle et non de foi, ce que rappelait la Conférence des évêques italiens en donnant son
imprimatur conditionnel.       

L’étonnante précision historique et scientifique des scènes décrites par Maria Valtorta a été étudiée par Jean-François Lavère
[2]. Jésus s’en explique dans plusieurs dictées[3].

Matthieu
Haut de page

Cet Évangile s'attache de préférence à prouver que Jésus est le Messie et à exposer son enseignement dans de grands discours. Cet Évangile n'a rien du pittoresque ou de la spontanéité que l'on peut lire par exemple dans l'Évangile de Marc.   

Trois qualités ont prédestiné
Matthieu à son futur rôle d'évangéliste : sa mémoire, son éloquence et sa culture.

1 - Sa mémoire : "J'ai bonne mémoire. Je l'ai développée à mon comptoir et je garderai le souvenir de ce récit pour tout le monde. Quand tu voudras, je pourrai te répéter tout. Je ne tenais pas de comptes à Capharnaüm, et pourtant..." (
2.103 - p.624).         

2 - Son éloquence garante d'un certain style : "Il déploie l'ancien savoir-faire dont il usait pour plumer les gens à son comptoir de gabelle, pour forcer les autres à dire : "Tu as raison" dit de lui Simon-Pierre (
2.99).           

3 - Cultivé, il notait directement les discours de Jésus, ce que ne pouvaient pas faire certainement tous les autres apôtres. Maria Valtorta l'évoque au détour d'une scène (
7.228). On peut voir là la "source Q" (de l'allemand Quelle : source), aujourd'hui disparue. Elle contenait les "logia" ou paroles de Jésus et aurait servie de sources aux évangélistes. Selon Maria Valtorta, outre Matthieu, les paroles de Jésus ont été notées par Jean d'Endor pour la période où il a suivi le Maître. Ces notes ont été confiées à Margziam, le disciple de Pierre (voir ci-dessous).

Jean
Haut de page

Ce qui sépare cet Évangile des trois autres, dits "synoptiques" en raison de leur concordance, c'est la pénétration plus intime du mystère du Christ. Son auteur, Jean, est servi d'autre part, par un puissant génie métaphysique et dramatique.    

La proximité spirituelle de l'apôtre avec Jésus et le fait qu'il ait été le témoin de tous les évènements (c'est le seul apôtre à être dans ce cas) lui permet de rendre compte, dans l'intimité, de faits et gestes que d'autres ne pouvaient faire.      

Sa formation hébraïque ainsi que son amour pour Jésus développe en lui une mémorisation parfaite. Il est capable de restituer de mémoire, mot à mot, les enseignements complets de Jésus.      

Dans l'œuvre de Maria Valtorta,
Jésus s'exprime sur l'Évangile de Jean et plus généralement sur le rôle des Évangiles : "Tu me serviras jusqu'à ma nouvelle venue qui sera la dernière. Beaucoup de choses se dessécheront avant le dernier temps, comme des fleuves qui se tarissent et, après avoir été un beau cours d'eau bleue et salutaire, deviennent un terreau pulvérulent et une pierraille aride. Mais toi, tu seras encore le fleuve qui résonne ma parole et qui reflète ma lumière".

Marc
Haut de page

Cet évangile est donné pour proche de Pierre, le patron pêcheur de Galilée. Il est qualifié de moins chargé en discours, plus simple voire plus frustre, mais aussi le plus vivant et le plus spontanée.       

Ceci correspond bien à plusieurs traits de tempérament de
Pierre. Mais on peut y voir aussi la trace du travail de Jean d’Endor. Ce repenti, cultivé, prenait des notes chaque soir pour le temps où il suivi Jésus. Ces notes étaient destinées au jeune Margziam, fils adoptif de Pierre. Sous le nom de Martial, Margziam suivra Pierre à Rome.        

Sur la personnalité même de Marc, notre interrogation demeure : n'est-ce pas le
fils de Jonas (Jean), le gardien du Gethsémani ?

Luc
Haut de page

C'est l'évangéliste qui a fait le plus un travail d'enquête et une rédaction historique. Certains évènements, dont ceux de l'Evangile de l'Enfance, ne peuvent être connus que de la bouche même de Marie. Ce n'est pas la seule source : Jésus raconte lui-même à ses apôtres certains épisodes, comme celui de sa tentation au désert par exemple, et certains témoins (les bergers de la Nativité, Alphée de Sara, Saül de Kériot, Abraham d'Engaddi...) rapportent chacun des brides des temps de l'Enfance.     

"Oui, je peux te les redire (les paroles de Marie, alors jeune mère), Seigneur, car tout ce qu'Elle nous a dit, dans les mois où nous pûmes l'entendre, est écrit ici (et il se frappe la poitrine) se rappelle Benjamin, l'un des bergers de la Nativité (
2.69)

Dans les autres ouvrages de Maria Valtorta
Haut de page

Cahiers de 1943                                                                                              Voir le sommaire des "Cahiers" =>

 Catéchèse du 28 juin : Je vais maintenant t’expliquer deux points de l’Évangile, l’un de Matthieu et l’autre de Luc. En réalité, il s’agit d’une seule parabole, mais exprimée avec quelques différences. Il ne faut pas s’étonner qu’on trouve de telles différences chez mes évangélistes. Lorsqu’ils écrivaient ces pages, c'étaient encore des hommes, déjà élus mais pas encore glorifiés. Ils pouvaient donc commettre des bévues, faire des erreurs, de forme et non de substance. Il n’y a que dans la gloire de Dieu qu’on ne se trompe plus. Mais pour l’atteindre, ils devaient encore beaucoup lutter et souffrir.   

Un seul des évangélistes rapporte ce que je dis avec une exactitude phonographique. Mais c’était le pur et l’amoureux (Jean) ….

Cahiers de 1945 à 1950                                                                                   Voir le sommaire des "Cahiers" =>

 Catéchèse du 30 septembre 1947 (pages 417 et 418) : Deux évangélistes seulement étaient des apôtres. Si on les observe de près, ce sont les évangiles qui me reflètent le mieux ; en effet, si le style de Luc est meilleur; son évangile peut être qualifié d’évangile de ma Mère et de mon enfance — dont il rapporte en long et en large des détails que d’autres ne relatent pas — plutôt que d’évangile de ma vie publique, car il se fait davantage l’écho des autres qu’il n’apporte une lumière neuve comme le fait Jean, le parfait évangéliste de la Lumière, qui est le Christ Homme-Dieu. Les évangélistes rapportent des versions de mes paroles très réduites, jusqu’à en être squelettiques : une allusion plus qu’une version. Cela les prive du style littéraire que je leur avais donné. 

Le Maître se reconnaît en
Matthieu (voir le discours sur la Montagne, les instructions aux apôtres, l’éloge de Jean-Baptiste et le reste de ce chapitre, le premier épisode du chapitre 15 et le signe dans le ciel, le divorce dans le chapitre 19, puis les trois chapitres 22, 23 et 24). Le Maître se retrouve essentiellement dans le lumineux évangile de Jean, l’apôtre plein d’amour, uni par la charité à son Christ Lumière. Comparez ce que cet évangile révèle de la puissance du Christ orateur avec ce qu’en dévoile l’évangile sommaire et ramené à l’essentiel de Marc, exact pour relater les épisodes entendus par Pierre mais réduit au minimum, et vous verrez si, moi qui suis le Verbe, j’employais seulement un style très humble ou si la puissance de la Parole parfaite ne resplendissait pas souvent en moi. Oui, elle brille chez Jean, bien que très réduite à quelques épisodes…"

 Catéchèse du 15 août 1949 (page 526) : "Ma Mère est la seule à avoir tout su de moi, aussi bien durant mes années de Fils à Nazareth que lorsque j'étais le Maître et le Rédempteur, puis le Ressuscité glorieux [...] Les évangélistes et les apôtres connurent partiellement telle ou telle partie de ma vie. Mais ils ne surent pas grand-chose — presque rien — de ma Mère.        

En revanche, toi seule, ma petite Maria, mon petit Jean, toi seule connais tout sur Marie et sur moi. Tu as vécu notre vie, à nos côtés. Tu as respiré l’air de notre maison, de la maison de Joachim puis de Marie, de notre Nazareth, de toute notre Palestine. Tu as senti l’odeur du pain sorti du four par Marie, du linge qu’elle lavait, de son corps virginal et du mien. Tu as humé l’odeur des baumes de Marie-Madeleine, de la pourriture de Lazare ressuscité, l’odeur de l’agneau et du vin de la Cène pascale comme aussi celle de mon sang répandu pendant la Passion. Tu as compté nos respirations, nos voix et nos regards, nos gestes, nos enseignements, nos miracles.

Tu en sais davantage que le grand Jean. Mon adoratrice crucifiée, j’ai voulu te donner cela par le biais de ta longue souffrance: une connaissance parfaite et complète de nous, comme aucun saint et docteur ne la posséda jamais.

Commentaires de l’Apocalypse

 Page 563 et suivantes : Par pitié pour ces pauvres hommes emportés par la tourmente (des derniers temps) de sang, de feu, de persécution, de mort, l’infinie Miséricorde fera resplendir sur cette mer de sang et d’horreur l’Étoile pure du matin, Marie, qui sera l’annonciatrice de la dernière venue du Christ. Il s’ensuit que les nouveaux évangélisateurs enseigneront l’Evangile de Marie, en vérité trop laissée dans l’ombre par les évangélistes, les apôtres et tous les disciples, alors qu’une connaissance plus vaste d’elle aurait servi d’enseignement à bien des gens, évitant ainsi de nombreuses chutes. Elle est en effet corrédemptice et joue le rôle de maître: un maître de vie pur, fidèle, prudent, compatissant et pieux, chez elle comme parmi les hommes de son temps. Elle n’a cessé d’enseigner au cours des siècles et elle est digne d’être d’autant mieux connue que le monde s’enfonce dans la boue et les ténèbres, afin d’être plus imitée pour ramener le monde vers ce qui en est dégagé.

 Pages 610 à 619[4] : Si les anciens prophètes ne virent que l’Homme-Dieu, quelques autres virent l’Homme-Dieu porté sur son trône par ses principaux confesseurs, les quatre évangélistes, dont l’aspect symbolisait leur nature spirituelle: Matthieu, l’homme, entièrement homme par le passé et homme pour décrire le Fils de l’Homme; Marc, le lion, par son annonce du Christ aux païens plus encore que par sa description du temps du Christ par son évangile, dans lequel pourtant, en lion, il préféra faire ressortir la figure du divin Thaumaturge plutôt que celle de l’Homme-Dieu comme Matthieu l’avait fait. Et cela dans le but de stupéfier et de conquérir les païens, toujours séduits par ce qui tenait du prodige.     

Luc, patient et fort comme le bœuf pour compléter, par des recherches patientes jusque sur ce qui avait précédé l’œuvre apostolique proprement dite du Christ et de ses disciples, l’œuvre de Dieu pour le salut de l’humanité. Car cette œuvre d’amour infini a débuté par la conception immaculée de Marie, par la plénitude de la grâce qui lui a été accordée, par la continuelle communion de Marie à son Seigneur qui, après l’avoir créée, en Père, avec une perfection unique par rapport à tous les corps nés d’un homme et d’une femme, comme sa fille bien-aimée, la combla ensuite de sa lumière: le Verbe. (page 610)        

[…] L’on peut donc affirmer que celui qui veut connaître Marie — que les
évangélistes et les Actes des apôtres nous révèlent trop peu — doit regarder son Fils qui a tout pris d’elle, et d’elle seulement, excepté sa nature divine de Premier-né et de Fils unique du Père. (page 614)       

[…]
Jean, le quatrième évangéliste, est l’aigle. Il tient de l’aigle le vol haut, puissant et solitaire, ainsi que la capacité à fixer le soleil. On retrouve chez Jean l’évangéliste la noblesse de cet oiseau royal, son vol puissant et le pouvoir de fixer le soleil divin, Jésus — Lumière du monde, Lumière du ciel, Lumière de Dieu, Splendeur infinie —, le pouvoir de s’élever à des hauteurs surnaturelles qu’aucun autre évangéliste ne sut atteindre comme, par cette ascension, le pouvoir de pénétrer le mystère, la vérité et la doctrine, tout sur l’Homme qui était Dieu.         

En planant comme un aigle royal bien haut au-dessus des réalités de la terre et de l’humanité, il a vu le Christ sous sa véritable nature de Verbe de Dieu. Plus que le thaumaturge et le martyr Jean nous présente "le Maître″, l’unique Maître parfait que le monde ait connu. Le Maître-Dieu, la Sagesse faite chair et enseignante orale des hommes, le Verbe ou Parole du Père, autrement dit la Parole qui rend sensibles aux hommes les pensées de son Père, la Lumière venue éclairer les ténèbres et faire fuir la pénombre.           

L’évangile de Jean nous présente sincèrement les vérités les plus sublimes, les plus suaves, les plus profondes, comme les vérités les plus rudes. De son œil d’aigle et par l’élévation de son esprit à la suite de l’esprit du Maître, il a vu de haut les grandeurs sublimes comme les extrêmes bassesses, il a mesuré toute l’étendue de l’amour du Christ et de la haine du monde juif pour le Christ; il a vu le combat entre la lumière et les ténèbres — ces ténèbres trop nombreuses —, c’est-à-dire celles de trop d’ennemis de son Maître, parmi lesquels se trouve même un disciple et apôtre que Jean désigne clairement, dans son évangile de la vérité et de la lumière, par un de ses vrais noms: "voleur"; il a vu les complots obscurs, les pièges subtils employés pour faire que le Christ soit mal vu des Romains, des juifs et de ces "petits" qui formaient le troupeau des fidèles du Christ. Il les connaît toutes et les fait connaître, tout en montrant Jésus dans sa sainteté sublime, non seulement de Dieu mais aussi d’homme (page 615).   

[…] Personne n’a compris le Christ intime aussi bien que
Jean. Il en a connu toutes les perfections. Il a pénétré dans le mystère et l’océan de ses vertus et a vraiment mesuré la hauteur, la largeur et la profondeur de ce Temple vivant non fait de main d’homme et que les hommes cherchaient en vain à détruire. Des dizaines d’années plus tard, il les a écrites et décrites, nous laissant l’évangile le plus parfait en véridicité historique, le plus puissant en doctrine, le plus lumineux de lumières sapientielles et caritatives, le plus fidèle pour décrire les épisodes et les caractères, capable de dépasser les étroitesses d’esprit des juifs et de décrire même ce que les autres évangélistes n’avaient pas osé dire: la Samaritaine, l’officier royal, le scandale, la fuite et la révolte des disciples contre le Maître après le discours sur le Pain descendu du ciel, et encore la femme adultère, les discussions ouvertes avec les juifs, les pharisiens, les scribes et les docteurs de la Loi, le fait qu’il se soit réfugié en Samarie à Ephraïm, ses contacts avec les païens, la vérité sur Judas "qui était un voleur", ou bien d’autres choses encore.  

Lorsqu’il écrivit son évangile,
Jean était plus qu’un homme mûr puisqu’il avait atteint un âge avancé, mais il est toujours resté jeune en raison de sa pureté et toujours aussi brûlant d’amour pour le Christ, car nul autre amour humain n’avait détourné la moindre flamme de son amour pour l’Aimé; Jean, l’aigle aimant du Christ, nous a révélé le Christ avec une puissance supérieure à toute autre, uniquement inférieure à celle du Christ nous révélant son Père, laquelle était infinie puisque c’était la puissance même de Dieu (page 617).   

[…] Sur l’échelle mystique des
évangélistes, on peut placer Matthieu au premier degré, Marc au quart de l’échelle, Luc à mi-hauteur et Jean au sommet (page 618).      

[…] Chaque
évangéliste a servi à composer la mosaïque qui nous révèle Jésus Christ Homme-Dieu, sauveur, maître, rédempteur, vainqueur de la mort et du démon, juge éternel et Roi des rois pour l’éternité. C’est la raison pour laquelle, dans la théophanie décrite par l’apôtre Jean dans son Apocalypse, ils servent tous les quatre, sous l’aspect propre à chacun, de fondement et de couronne au Trône où siège celui qui est, qui était et qui doit venir, et qui est l’Alpha et l’Oméga, le principe et la fin de tout ce qui était, est et sera; et leurs voix, unies à celles des vingt-quatre vieillards — c’est-à-dire des douze principaux patriarches et des douze plus grands prophètes, ou prophètes majeurs — chantent un hymne de louange éternel à celui qui est très saint et tout-puissant.

Autres sources
Haut de page

Bible Osty : présentation des quatre Évangiles                                                                                                 
Haut de page

De très bonne heure, des fragments plus ou moins importants de la catéchèse de Pierre ont été mis par écrit en araméen, puis en grec. Ensuite ont paru les premiers essais évangéliques auxquels saint Luc fait allusion dans son Prologue ([5]). Enfin, soucieux de préserver dans sa pureté le message apostolique et répondant au désir des diverses communautés chrétiennes, saint Matthieu, saint Marc et saint Luc ont, entre 50 et 80, rédigé leur évangile.

L'ÉVANGILE SELON SAINT MATTHIEU

Saint Matthieu, de publicain devenu Apôtre, a écrit son évangile sûrement avant 60, peut-être même aux environs de l'an 50, pour des Juifs convertis de Palestine. Bien que témoin oculaire, il a utilisé la catéchèse hiérosolymitaine de Pierre, tellement elle faisait autorité. Il y a joint ses propres souvenirs ainsi que les renseignements écrits ou oraux, ayant surtout trait aux paroles de Jésus, qu'il a pu recueillir dans les communautés de Palestine. Matthieu a écrit en araméen, mais son évangile a été interprété en grec sur la base du texte de Marc entre 70 et 80, et c'est le seul texte que nous possédons.

L'ÉVANGILE SELON SAINT MARC

Saint Marc était, comme saint Matthieu, d'origine juive. Nous savons que sa mère possédait à Jérusalem une maison où Pierre, miraculeusement délivré de prison, vint se réfugier (Actes 12,12-16). Compagnon de Paul lors de son premier grand voyage apostolique, il redevint son collaborateur après une brouille passagère. Mais il paraît surtout avoir été dans la mouvance de Pierre, qui l'appelle "son fils" (1Pierre 5,13), peut-être parce qu'il l'a converti et baptisé. C'est à lui que les chrétiens de Rome, issus pour la plupart du paganisme, ont demandé de mettre par écrit la catéchèse de Pierre. Saint Marc a rédigé son évangile en grec aux environs de l'an 65.

L'ÉVANGILE SELON SAINT LUC

Saint Luc, le "Cher médecin" (Col 4,14) et l'ami de Paul, qu'il a accompagné lors de son dernier voyage missionnaire et surtout pendant la captivité de Césarée et la traversée de Césarée à Rome, a rédigé son évangile après les deux autres synoptiques. Né a Antioche et de culture hellénique, il s'est proposé de faire entrer le christianisme dans la littérature et dans l'histoire. Il a écrit probablement vers 80, peut-être à Rome, pour des païens convertis.

L'ÉVANGILE SELON SAINT JEAN

Le quatrième évangile constitue une unité absolument indépendante. Saint Jean ne s'est pas cru lié par le type de catéchèse inauguré par saint Pierre. Apôtre et témoin oculaire, il a usé de sa liberté. Il a rompu avec le plan quadripartite, et l'on verra, dans l'introduction particulière consacrée à cet évangile, les différences chronologiques, narratives et spirituelles qui caractérisent cette œuvre par rapport aux synoptiques. L'évangile selon saint Jean a été écrit vers la fin du premier siècle.

Mgr René Laurentin, François-Michel Debroise – Extraits de "La vie de Marie d'après les révélations des mystiques" - pages 255 à 257 - Presses de la Renaissance – 2011

Il est normal qu'en matière de foi et même de révélation, il y ait des différences. C'est le cas de l'Évangile même. Il est Parole de Dieu pour l'Église. C'est donc Dieu qui en est l'auteur irrécusable, mais il n'en est pas moins l'œuvre d'un écrivain humain, instrument de Dieu, qui garde sa liberté, sa personnalité, son caractère, son instruction propre, ses tendances, ses qualités ou déficiences stylistiques, car il est un instrument vivant et non une plume ou un crayon. Il est l'auteur humain, donc libre. Et Dieu s'en est servi de l'intérieur pour donner forme à sa Parole. Il s'agit moins d'une interaction que d'une coaction, car le Créateur est cause interne et conjointe de tout le reste. 

Au niveau naturel, comme au niveau surnaturel, en toute action humaine, tout est de Dieu, cause première et tout est bien de l'homme, cause seconde, dont Dieu crée l’authentique liberté.          

Ce point est, philosophiquement et théologiquement, essentiel.        

Les quatre évangiles sont on ne peut plus différents pour le choix des épisodes : 111 péricopes ([6]) sur 373 sont propres à un seul Évangile (4 chez Marc, 30 chez Matthieu, 36 chez Luc, 41 chez Jean), les 262 autres étant communes tantôt à 3, tantôt à deux évangélistes ([7]). Les deux Évangiles de l'enfance (Matthieu 1 – 2 et Luc 1 – 2) n'ont pas un seul épisode en commun : pas même la naissance de Jésus que Matthieu ne raconte pas même en résumé. Il dit seulement, au passé : "Jésus ayant été engendré à Bethléem, des mages vinrent" (Matthieu 2,1). Il dit engendré, et non pas .      

Beaucoup d'exégètes partent de leurs "contradictions", mais il n'y en a aucunes - ni historiquement, ni théologiquement - et remarquable est l’accord de leurs à ces deux niveaux, ce qu'établissent précisément "La vie authentique de Jésus", et "Les Évangiles de Noël" : concordantia discordantiumnotait-on déjà au Moyen-âge.

Haut de page

Mieux connaître :

À venir.

Retour à l'index des groupes de personnages
Fiche mise à jour le
06/03/2013

 



[1] Mgr René Laurentin, François-Michel Debroise, Jean-François Lavère : Dictionnaire des personnages de l’Évangile selon Maria Valtorta – Salvator 2012, page

[2] Jean-François Lavère, L’énigme Valtorta, RSI 2012.

[3] Notamment la dictée du 28 janvier 1947, Cahiers de 1945 à 1950, page 317.

[4] Commentaires d'Apocalypse 4, 5-9

[5] "Puisque beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements accomplis parmi nous, d’après ce que nous ont transmis ceux qui furent dès le début témoins oculaires et qui sont devenus serviteurs de la parole, il m’a paru bon, à moi aussi, après m’être soigneusement informé de tout à partir des origines, d’en écrire pour toi un récit ordonné, très honorable Théophile". (Luc 1,1-3)

[6] Une péricope désigne un extrait formant une unité littéraire ou une pensée cohérente, généralement dans un texte sacré.

[7] Cf. "Vie authentique de Jésus", René Laurentin, Fayard 1996, page 32.