I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

L'œuvre de Maria Valtorta
© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Mejugorje_transparent.gif

Retour à l'index des personnages

Accueil >> Plan du Site >> Index des personnages

 

Marie

La Vierge Marie, Mère de Jésus
      I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Puce.gif Voir aussi la fiche thématique sur Marie : Marie médiatrice, Marie Mère de Dieu, Marie Mère de l'Église, ...

Présentation générale
(photo ci-dessus : Marie Reine de la Paix et de la Réconciliation - Medjugorje - Bosnie-Herzégobvine)

Fille unique de Joachim, descendant de David et d'Anne, descendante d'Aaron, Marie est de "maison royale et sacerdotale"[1]. L'ascendance royale est attestée, à l'Annonciation, par l'ange Gabriel : "Le Seigneur Dieu lui (Jésus) donnera le trône de David son père" (Luc 1,32). Jésus n'a qu'une ascendance terrestre : Marie.  

Marie naît à Nazareth, le 10 septembre de l'an -21 de notre ère, selon les déductions de Jean Aulagnier, exégète de Maria Valtorta
[2], mais aucune date n'est avancée dans l'œuvre. Selon Maria Valtorta, la Vierge Marie voit le jour à le fin d'une longue soirée d'été étouffante. Un orage d'une extraordinaire violence, est suivi d'un arc-en-ciel "qui semble encercler toute la terre d'Israël". Une étoile "énorme comme un diamant" apparaît quand le soleil n'est pas encore disparu, puis la pleine lune "alors qu'il manque encore trois jours pour y arriver»[3]. Une éclosion de fleurs salue symboliquement la naissance[4]. 

Ces signes suivent une conception peu ordinaire : Anne sa mère est stérile et déjà âgée
[5] quand elle fait avec Joachim un vœu au Seigneur : l'enfant, qu'ils demandent à Dieu de leur accorder, sera consacré au Seigneur. Ce sera une fille humainement conçue, "née de procréateurs humains»[6]. Jésus, dans un de ses commentaires, l'évoque : "Il n'est pas nécessaire d'être vierge pour être chaste»[7].   

À l'âge de quinze ans, elle est promise à Joseph, de Nazareth et de race royale comme elle. Trois mois plus tard, elle est enceinte sous l'action de l'Esprit-Saint, de Jésus, son unique enfant. Cela précipite le mariage que Joseph avait retardé
[8] à la suite de l'échange mutuel de chasteté [9]. Elle devient veuve à l'âge de 45 ans[10], et se consacre alors entièrement à Jésus qui commence sa Vie Publique. Elle en est le soutien et le refuge indéfectible durant les trois ans de son apostolat.      

Après la terrible Passion qu'elle vit aux côtés de son Fils, et l'Ascension (
10.23) elle se retire dans la solitude de la maison du Gethsémani en compagnie du seul apôtre Jean (10.27). C'est là qu'elle se consacre à la consolidation de l'Eglise naissante et persécutée. C'est là aussi où, laissant à Jean son Testament spirituel, elle vit sa "mort" (Dormition - 10.35) suivie, quelques jours plus tard, de son Assomption glorieuse (10.36)            

La fin de vie terrestre a lieu à Jérusalem, Marie est âgée de 70 ans environ
[11].

Caractère et aspect
Haut de page

Portrait de Marie terrestre
Haut de page

Marie a les cheveux blonds doux et une voix argentine[12], angélique[13]. Elle ressemble à son père Joachim. Maria Valtorta décrit ainsi ses traits caractéristiques : "la couleur pâle du visage, les yeux azurés (azuro) et les cheveux blonds qui apparaissent sur le front, sous le voile»[14]. Marie est assez petite : dans un geste de tendresse, "elle a la tête appuyée en haut de la poitrine de son Fils". Elle devait donc mesurer 1,55 m environ[15]. Dans ses écrits en date du 31 décembre 1947, Maria Valtorta note : "La taille de Marie: si je la compare à Jésus, à côté de qui je l’ai souvent vue, je lui donnerais 1m 65 tout au plus, car le haut de la tête de Marie atteint les épaules de Jésus. Mais elle nous paraît, à nous hommes modernes, plus grande qu’elle ne l’est en réalité, à cause de ses vêtements qui descendent jusqu’à terre. On sait que les longs vêtements font paraître plus grands"[16].        

Maria Valtorta constate qu'entre la jeune fille de l'Annonciation âgée de "quinze ans au plus à la voir"
[17] et la mère accueillant son fils, trente deux ans plus tard, son visage n'a pas été altéré par l’âge[18]. 

Par ailleurs, dans la
catéchèse du 28 décembre 1947, Marie commente la ressemblance de certaines représentations humaines et des descriptifs faits à partir des apparitions.

Portrait mystique de Marie
Haut de page

L'âme immaculée de Marie est décrite de deux façons : par sa nature même et par son infusion.       

Dans Maria Valtorta, Jésus attribue à Marie la description prophétique que fait leur "aïeul Salomon" dans ses Proverbes "Dieu m'a possédée au commencement de ses œuvres, dès le principe, avant la Création... Toujours dans la joie, je jouais continuellement en sa présence. Je jouais dans l'univers"
[19]  

Au moment de son infusion, l'âme de Marie est protégée de la morsure de Satan : "L'Ange annonciateur (Gabriel) recueillit du Feu Divin l'étincelle immaculée qui était l'âme de l'Enfant Éternelle, et l'enfermant dans un cercle de flammes angéliques, celles de son amour spirituel, il la porta sur la terre dans une maison, dans un sein»
[20].         

La veille de sa Transfiguration, Jésus révèle à ses apôtres le vrai visage de Marie sa mère : "Vous, vous voyez une femme. Une femme, qui par sa sainteté, vous paraît différente des autres, mais que vous voyez en réalité comme une âme enveloppée par la chair, comme celle de toutes les femmes ses sœurs. Mais maintenant je veux dévoiler l'âme de ma Mère, sa véritable et éternelle beauté»
[21].  

Il décrit alors "la Femme en laquelle il n'y a pas de tache, unique la Créature qui n'a pas coûté de blessure au Rédempteur"
[22]. Puis il aborde "la seconde transfiguration de Marie, l'Élue de Dieu" et raconte l'intimité de l'Annonciation, donnant ainsi à de nombreux témoins les détails rapportés par Luc 1,26-38.

Portrait de Marie céleste
Haut de page

Maria Valtorta bénéficie de nombreux commentaires de la part de Jésus ou de Marie. Cette intimité lui permet de décrire précisément aspects et vêtements [23] :         

"Je reste avec la Maman près de moi, visible pour ma vision intérieure, avec tant de netteté que j'en puis faire le portrait : le rose clair de la joue, un peu joufflue, mais d'une douceur agréable, le rouge vif de la petite bouche et la douce splendeur de ses yeux d'azur (azuro) sous le blond foncé des cils.     

Je puis dire comment les cheveux qui se séparent au sommet de la tête descendent agréablement en trois ondulations de chaque côté jusqu'à couvrir à moitié les petites oreilles roses et disparaissent avec leur or clair et lumineux derrière le voile qui couvre la tête. […] Je puis dire que le vêtement est serré au cou par une gaine où coulisse un cordon dont les extrémités forment une boucle par devant à la racine du cou, comment le vêtement est serré à la taille par un cordon plus gros, toujours de soie blanche qui descend avec deux pompons sur les côtés.  

Je puis aller jusqu'à dire que le vêtement serré au cou et à la taille fait sur la poitrine sept plis doucement arrondis unique ornement de son très chaste habit. Je peux dire l'impression de chasteté qui se dégage de l'aspect de Marie, de ses formes si délicates et si harmonieuses qui la font angéliquement femme"           

Cette Marie céleste est proche de la Marie terrestre : même si Marie a vécu la mort (Dormition) elle a été enlevée en âme et en corps (Assomption -
10.36)

Parcours apostolique
Haut de page

Marie enfant
Haut de page

"Ma Mère fut l'Enfant du Temple depuis l'âge de trois ans à quinze ans et hâta la venue du Christ par la force de son amour" [24] dit Jésus. C'est en effet à la suite du vœu fait par ses parents stériles que Marie est confiée au Temple jusqu'à son âge nubile. C'est un des privilèges des jeunes filles de sang royal[25].      

Cette consécration est prononcée lors de la présentation de Marie (Purification d'Anne) et exécutée trois ans après. La jeune Marie s'en fait une joie. Aux sceptiques sur de telles dispositions, Jésus, dans un commentaire, rappelle des cas précoces connus
[26].    

C'est le grand-prêtre Simon Boethos qui l'accueille et la confie à la maîtresse des novices, Anne Phanouel. Maria Valtorta ne cite pas le nom du grand-prêtre, mais des recoupements permettent de le conjecturer. Par contre c'est bien Anne la prophétesse de
Luc 2,36 qui est présente.    

Maria Valtorta ne s'attarde pas sur les occupations qu'auraient eu la vierge Marie et ses consœurs, probablement les travaux féminins de cette époque. Elle nous la montre surtout dans ses moments de prière et méditations.

Marie épouse
Haut de page

À l'approche de ses quinze ans, elle doit se marier malgré son vœu de virginité. Le grand-prêtre s'en remet à Dieu : les célibataires de la race de David réunis, choisissent un rameau. Un seul fleuri : c'est celui de Joseph ainsi choisi parmi les prétendants.

Le grand-prêtre célèbre les fiançailles comme le veut l'ascendance royale des époux. Puis viennent les premiers échanges : Joseph s'avoue "naziréen", une consécration à Dieu qui entraîne son célibat. Marie, en confiance, lui avoue à son tour son vœu de virginité. Il sera respecté. On comprend donc la grande douleur de Joseph quand il découvrira plus tard les premiers signes de la maternité de Marie.       

De retour à Nazareth, que Marie avait quitté enfant, les fiancés vivent dans l'affection chacun dans leur maison. C'est dans celle de Marie qu'a lieu l'Annonciation et l'Incarnation. Marie n'en mentionne rien à Joseph mais l'informe de la maternité inattendue de sa cousine qu'un "messager digne de confiance" vient de lui annoncer.

Joseph profite de quelques achats professionnels à faire à Jérusalem pour accompagner Marie chez sa cousine. Un vieillard de confiance l'accompagne ensuite jusqu'à Hébron, chez Élisabeth et Zacharie.        

Les mois passent ainsi. Jean-Baptiste naît. Lors de sa circoncision son père Zacharie retrouve la parole selon Luc 1,64, puis a lieu sa présentation au Temple. C'est l'occasion pour Joseph de venir rechercher Marie. Il l'aide à s'installer sur l'âne et remarque alors les premiers signes de maternité. Il ne dit rien, mais commence pour lui un terrible dilemme (La Vierge Marie commente dans l'œuvre de Maria Valtorta commente en employant le mot "Passion"
[27]) que ne finira qu'avec le songe où l'ange le rassure.

Marie, mère de Jésus
Haut de page

L'Édit de recensement est placardé à la porte de la synagogue de Nazareth. Joseph et Marie doivent se faire recenser dans la cité de David, Bethléem. C'est l'hiver et Marie arrive à terme. A Bethléem, ils trouvent refuge dans une grotte qui sert d'étable. Il n'y a qu'un bœuf dans cet antre glacial. Il est rejoint par l'âne du voyage.   

Puis c'est la nuit de la Nativité, la grande nuit, la sainte nuit où une cohorte anges viennent annoncer aux douze bergers la Paix pour les hommes de bonne volonté. Mais il n'y a pas de mages. C'est plusieurs mois plus tard qu'ils viendront. La sainte famille a alors trouvé refuge dans une maison, chez Anne. Zacharie, le prêtre est venu a Bethléem. Il sait que le Messie est né. Le Roi d'Israël ne peut que vivre dans la cité de David et non en Galilée.       

Survient le massacre commandé par Hérode le grand, le monarque paranoïaque. La sainte famille a juste eu le temps de fuir en Égypte par la bande de Gaza. Ils aboutissent à Matarea, près d'Héliopolis, la ville actuelle du Caire. Ils y vivent pauvrement jusqu'à ce que les nouvelles rassurantes leur viennent de Judée. Ils peuvent alors retrouver, quatre ans après, leur ville de Nazareth.      

Jésus y grandit, enseignée par sa mère, éduquée au Temple. Elle enseigne en même temps deux de ses cousins d'un âge similaire : Jude et Jacques.  

Cette tranquillité retrouvée ne sera troublée que par un incident et une épreuve : Lors de l'examen de majorité du jeune Jésus à Jérusalem, à l'époque de la Pâque, ils perdent la trace de l'adolescent. Marie le retrouve au Temple, soutenant une discussion sur le Messie avec Hillel et Sciammaï, deux éminents docteurs de l'époque. Puis Joseph meurt âgé de soixante-cinq ans environ. Peu de temps après Jésus partira pour sa vie publique.

Marie Corédemptrice
Haut de page

Marie se satisfait d'une vie retirée à Nazareth, ce qui ne l'empêche pas d'exercer une charité active en proximité. Seules les nouvelles qui lui parviennent de l'apostolat de son fils la torture : il est en butte à l'incompréhension et à l'hostilité.   

C'est donc avec une affection redoublée qu'elle accueille son fils lors de ses quelques étapes à Nazareth. Jésus loue plusieurs fois le soutien et le réconfort uniques qu'elle lui procure.    

Elle accueille aussi les apôtres qui lui vouent une réelle dévotion. Mais aussi les disciples que Jésus lui envoie, notamment les plus blessés par l'épreuve dont ils sortent. C'est le cas de Marie de Magdala. Marie soignera aussi Judas lors d'une maladie. La sainteté de Marie est sans effet sur lui. Judas en profite pour comploter avec quelques notables de Nazareth.    

La Vierge Marie devient la première et le pivot des "femmes disciples", les saintes femmes dont parle l’Évangile
[28]. Elle a ainsi l'occasion de participer à quelques rares voyages apostoliques en compagnie de son fils dont le dernier l'amène au pied de la Croix.  

Les lamentations de Marie au tombeau sont particulièrement poignantes et déchirantes
[29]. C'est le seul moment où elle se laisse aller à des mots durs, mais justifiés. Puis surmonte sa douleur pour assurer conseils et directives auprès d'une communauté balayée par l'épreuve.  

Après la terrible Passion qu'elle vit aux côtés de son Fils, et l'Ascension
[30] puis la Pentecôte[31], elle se retire dans la solitude de la maison du Gethsémani, propriété de Lazare, en compagnie du seul Jean [32]. Elle se consacre au soutien à l'Église naissante et persécutée. C'est là où, laissant à Jean son Testament spirituel, elle vit sa "mort" (Dormition) [33] suivie, quelques jours plus tard, de son Assomption glorieuse[34].       

Rien ne laisse supposer, dans Maria Valtorta, qu'elle soit allée à Éphèse comme le veut une certaine tradition. Au contraire, il semble que la Vierge Marie ait fortement tenue à rester à proximité de Jérusalem, quoiqu'il advienne. On peut conjecturer par ailleurs que sa Dormition et son Assomption ont eu lieu en l'an 50 à l'âge de 70 ans, peu de temps après le Concile de Jérusalem, mais Maria Valtorta n'avance aucune date
[35].

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Puce.gif Voir aussi la fiche thématique sur Marie : Marie médiatrice, Marie Mère de Dieu, Marie Mère de l'Église, ...


Son nom : מרים (Miriam)
Alphabet hébreu sur croixsens.net
Haut de page

En hébreu Miryam. Ce nom répandu peut désigner l'amertume ou "celle qui est élevée", "Prophétesse" ou le féminin de "Seigneur".  L'œuvre de Maria Valtorta lui donne la signification "d'étoile". Ce sens est repris par la tradition chrétienne qui joue, notamment pour la Vierge Marie, du rapprochement avec "mar yam", goutte d'eau de mer, ce qui est traduit en latin par le vocable Stella Maris, l'étoile de la mer.

Où en parle-t-on dans l'œuvre ?
Haut de page

Dans L’Évangile tel qu’il m’a été révélé                                                                                           Sommaire =>

La Vierge Marie fait partie des Personnages centraux évoqués dans plus de la moitié des épisodes, soit plus de 350 fois    

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif
L'enfance de Marie :
1.1 - 1.5 - 1.6 - 1.7 - 1.8 - 1.9 - 1.10 - 1.11 - 1.12 - 1.13 - 1.14 - 1.15 - 1.16 - 1.17 - 1.18 - 1.19 - 1.20 - 1.21 - 1.22 Le cycle de la Nativité : 1.23 - 1.25 - 1.27 - 1.28 - 1.29 - 1.30 - 1.31 - 1.32 - 1.33 - 1.34 - 1.35 - 1.36 - 1.37 - 1.38 1.39 - 1.40 - 1.41 - 1.42 - 1.43 - 1.44 - 1.45 - 1.46 - 1.47 - 1.48 - 1.49 - 1.50 - 1.51 - 1.52 - 1.53 - 1.54 - 1.55 - 1.56 - 1.57 - 1.58 - 1.59 - 1.60 - 1.61 - La jeunesse de Jésus : 1.62 - 1.63 - 1.641.65 - 1.66 - 1.67 - 1.68 - 1.69 - 1.70 - 1.71 - 1.72      

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif
La préparation à la Vie Publique :
2.1 - 2.2 - 2.4 - Appel des premiers apôtres : 2.10 - 2.11 - 2.13 - 2.14 - 2.15 - Début de l'apostolat en Galilée : 2.20 - Voyage apostolique en Judée : 2.33 - 2.37 - 2.41 - 2.45 - Choix des derniers apôtres : 2.54 - 2.55 - 2.56 - 2.57 - 2.58 - 2.59 - 2.60 - Les derniers bergers : 2.65 - 2.66 - 2.67 - 2.68 - 2.70 - 2.71 - 2.73 - 2.74 - 2.75 - 2.76 - Enseignements sur les Dix Commandements : 2.94 - Les fêtes de fin d'année : 2.100 - 2.103          

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif
L'apostolat féminin :
3.10 - 3.12 - 3.16 - 3.17 - En Galilée, le choix des apôtres : 3.22 - 3.24 - 3.28 - Le Sermon sur la Montagne : 3.34 - Apostolat en Galilée : 3.40 - Le second voyage pascal : 3.55 - 3.57 - 3.58 - 3.59 - 3.60 - 3.61 - 3.62 - 3.63 - Apostolat en Judée : 3.65 - 3.66 - 3.67 - 3.68 - 3.69 - 3.70 - 3.71 - 3.72 - 3.76 - Apostolat en Philistie : 3.86 

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif
La conversion de Marie-Madeleine :
4.88 - 4.100 - 4.101 - 4.102 - 4.103 - 4.104 - 4.105 - 4.106 - 4.107 - 4.108 - 4.110 - 4.111 - 4.112 - 4.113 - 4.115 - 4.116 - 4.117 - 4.118 - Envoi des apôtres et disciples en mission : 4.119 - 4.120 - 4.123 - 4.124 - 4.125 - 4.127 - 4.132 - 4.143 - 4.144 - Pérée, Galaad et Trachonitide : 4.145 - 4.146 - 4.147 - 4.149 - 4.150 - 4.151 - 4.152 - 4.153 - 4.154 - 4.155 - 4.156 - 4.157 - 4.158 - 4.164 - Les fêtes de fin d'année à Nazareth : 4.169 - 4.170 - 4.172 - 4.173 - 4.176 - 4.177 - 4.178        

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif
Le voyage des disciples à Antioche :
5.1 - 5.2 - 5.5 - 5.6 - 5.8 - Phénicie et Haute-Galilée : 5.24 - 5.34 - La Transfiguration et le Pain du Ciel : 5.36 - 5.38 - 5.51 - 5.52 - L'avant-dernière Pâque : 5.55 - 5.56 - 5.57 - 5.58 - 5.60 - 5.61 - 5.62 - 5.65 - 5.66 - 5.67 - 5.68      

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif
Plaine de Saron :
6.98 - 6.99 - Pentecôte, Décapole et Plaine d'Esdrelon : 6.104 - 6.110 - 6.111 - 6.118 - L'été à Nazareth : 6.126 - 6.127 - 6.128 - 6.129 - 6.130 - 6.131 - 6.132 - 6.133 - 6.134 - 6.136 - 6.137 - 6.138 - 6.139 - 6.140 - 6.141 - 6.142 - 6.143 - 6.144 - 6.145 - 6.146 - 6.147 - 6.148 - 6.149 - 6.150 - 6.151 - 6.152 - 6.153 - 6.154         

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif
En Syro-Phénicie : 7.1717.1727.1737.174 - En Moab et en Judée : 7.193 - 7.201       

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif
La résurrection de Lazare :
8.7 - 8.11 - L'exil en Samarie : 8.12 - 8.16 - 8.21 - 8.23 - 8.25 - 8.27 - 8.28 - 8.29 - 8.32 - 8.35 - Le retour vers Jérusalem : 8.37 - 8.38 - 8.42 - 8.43 - 8.44 - 8.45 - 8.47    

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif
9.2 - 9.6 - La Semaine Sainte : 9.8 - 9.9 - 9.11 - 9.15 - 9.16 - 9.29       

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif
Le dimanche de la Résurrection :
10.1 - 10.2 - 10.4 - 10.5 - 10.6 - 10.8 - 10.12 - de la Résurrection à l'Ascension : 10.14 - 10.16 - 10.17 - 10.18 - 10.20 - 10.22 - 10.23 - 10.24 - 10.25 - 10.26 - 10.27 - 10.28 - 10.29 - 10.32 - 10.33 - 10.34 - 10.35 - 10.36 - 10.37

Cahiers de 1943                                                                                                Voir le sommaire des "Cahiers" =>

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BouleBleue.GIF    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Puce.gif Catéchèse du 29 décembre : J’ai pu bien comparer les deux corps et les deux visages (de Marie et de Jésus), car ils étaient près l’un de l’autre, [...] Marie était plus petite de toute la tête de son Fils, de sorte que la tête de la Vierge était à la hauteur de l’épaule du Fils qui est très grand. Elle est beaucoup plus mince que lui [...] Le teint du visage d’un blanc ivoire. Seules les lèvres sont accentuées dans leur couleur, qui tranche sur cette couleur sans couleur de la peau; les yeux, bleus : clairs ceux de la Vierge, plus foncés ceux du Fils, et plus grands. [...] Les cheveux plus clairs chez la Mère, d’une couleur plus vive chez le Fils, mais toujours d’un blond qui tire sur le cuivre et également fins, soyeux et avec des vagues qui se terminent par des boucles chez Jésus; pour Marie, je ne sais pas parce que le voile ne me permet de voir que les cheveux du front jusqu’aux oreilles. Je ne sais pas s’ils sont dénoués, tressés ou épinglés sur la nuque. [...] Les deux ont un visage d’un ovale allongé, mince sans être osseux. Celui de Marie est plus délicat, plus petit, proportionné au corps. Mais le front, le nez, la bouche, la forme des joues, la coupe de l’œil, à la paupière lisse et plutôt baissée, sont les mêmes.

Cahiers de 1945 à 1950                                                                                     Voir le sommaire des "Cahiers" =>

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BouleBleue.GIF    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Puce.gif Catéchèse du 28 décembre 1947 : L’artisan qui m’a sculptée d’une manière telle que je ne me reconnais pas (Vierge de Tre-Fontane), aurait bien fait d’évoquer les statues de Lourdes et de Fatima, là où je suis représentée aussi bien que l’homme peut reproduire l’image de la Mère de Dieu... Il aurait surtout dû s'inspirer de mon visage du portrait de Notre-Dame de l’Annonciation de Florence: si l’homme et le temps n’en avaient altéré l’image, chacun pourrait en effet me connaître telle que j’étais quand l’Esprit de l’Esprit de Dieu me rendit enceinte de Dieu. La fumée des cierges et le temps en ont assombri les couleurs, et l’homme l’a endommagé... Mais on voit encore à quoi ressemblait la petite fille de Dieu, la fiancée de Joseph en ce printemps de mes années, en ce printemps fleuri de Nazareth.

En savoir plus sur ce personnage
Haut de page

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\Thematiques\MDN.gifSur le net

Le meilleur site pour découvrir tous les aspects de Marie de Nazareth est, sans conteste, mariedenazareth.com, site encyclopédique. Ce site édite de plus une lettre quotidienne "une minute avec Marie" qui propose de commencer chaque jour par un temps d'intimité avec Marie.

La Vierge des derniers Temps

Cette expression trouve sa racine dans l’Apocalypse 12, mais aussi dans les écrits de Grignion de Montfort qui prophétisait dans son Traité de la Vraie dévotion à la Sainte Vierge : Marie sollicitera dans les derniers temps, avant le second avènement du Christ, les apôtres des derniers temps.          

Dans Maria Valtorta, L’Esprit-Saint se fait explicite : « c’est maintenant l’heure de Marie ».
En savoir plus => 

Haut de page

Retour à l'index des personnages
Fiche mise à jour le 23/02/2013

 



[1] Tome 1, Chapitre 20, page 88

[2] "Avec Jésus au jour le jour" – Éditions Résiac – F 53150 – 1994 – Page 22. Jean Aulagnier a extrait de l'œuvre de Maria Valtorta tous les détails permettant de situer les scènes dans le temps et l'espace (par exemple : la veille, cinq jours plus tard, le prochain sabbat, …), puis toutes les données calendaire, climatique ou astronomique (par exemple : le deuxième quartier de la lune de Ziv, sous ce soleil d'avril, en ce début de printemps, …), les fêtes évoquées (Pâque, les Tabernacles, la Dédicace …) et d'autres. Tous ces éléments ont fournis des "trains" d'évènements qui, comparés aux données historiques connues, ont permis de reconstituer le calendrier "au jour le jour". Voir l'introduction de l'ouvrage et les nombreuses annexes méthodologiques.

[3] Tome 1, Chapitre 7, page 29 et suivantes.

[4] Tome 8, chapitre 38, page 338

[5] Tome 1, Chapitre 5 et 6

[6] Tome 1, Chapitre 25, page 105

[7] Tome 1, Chapitre 4, page 23. Je n'ai pas trouvé, dans Maria Valtorta, d'élément qui tendrait à penser que Marie fut conçue d'Anne et de l'Esprit-Saint comme le laisse supposer le Protévangile de Jacques, apocryphe du IIème siècle . Tout confirme au contraire une paternité humaine, mais de parents "justes et religieux". Quant Jésus parle de ses grands-parents, il parle de Joachim et d'Anne.

[8] Tome 1, chapitre 42, page 157 et Tome 8, chapitre 38, page 338

[9] Tome 1, chapitre 19, page 82

[10] Dans le Tome 1, Chapitre 71, page 272, il est précisé qu'elle consacra "trente ans d'une vie fidèle" à Joseph à qui elle avait été mariée à l'âge de quinze ans.

[11] Jésus précise dans le Tome 1, Chapitre 69, page 266, que Marie est restée sur terre "vingt et un ans" après son Ascension. Tous les indices additionnés conduisent donc à l'âge 70 ans environ pour Marie. Selon Maria Valtorta, Marie n'a jamais été à Éphèse. Elle est restée continuellement à Jérusalem, au Gethsémani, même pendant les persécutions naissantes.

[12] Tome 6, Chapitre 32, page 337

[13] Tome 5, Chapitre 36, page 241

[14] Tome 2, Chapitre 14, page 62

[15] Tome 2, Chapitre 20, page 93. Cette taille se déduit de la hauteur d'une tête et d'un cou (ceux de Jésus), ôtée de la taille humaine donnée par le Linceul de Turin (1,80 m). Vicka, une des voyantes de Medjugorje, estime la taille de la Vierge Marie à "1,65 m, comme moi", soit 10 cm de plus.

[16] Cahiers de 1945 à 1950, texte du 31 décembre 1947, page 462. Nous sommes arrivés à la mesure de 1.55 m en estimant la hauteur de la tête et du cou de Jésus à 25 cm. Mais Maria Valtorta a la même estimation que Vicka (voir note ci-dessus).

[17] Tome 1, Chapitre 23, page 98

[18] Tome 5, Chapitre 36, page 241

[19] Proverbes 8,22-31 rapporté dans le Tome 5, Chapitre 36, page 244. La thèse selon laquelle ce passage des Proverbes s'applique à la Vierge Marie, est explicitée par Marie d'Agréda (1602-1665) dans la Cité mystique de Dieu, Livre 1, chapitre 5, § 52 et suivants.

[20] Tome 2, Chapitre 103, page 618

[21] Tome 5, Chapitre 36, page 243

[22] Ib – page 245

[23] Tome 1, Chapitre 30, page 121

[24] Tome 2, Chapitre 103, page 119

[25] Le prêtre Zacharie, son cousin par alliance : "Le temps vient à son terme et les mères de la descendance de David devraient avoir souci de consacrer leurs filles au Temple, puisque c'est d'une vierge de la race de David que sortira le Messie, à cause de la diminution de la foi, les places réservées aux vierges sont vides". Tome 1, Chapitre 13, page 58

[26] Imelda Lambertini – Rose de Viterbe – Nellie Organ – Antoinette Meo. Tome 1, Chapitre 12

[27] Tome 1, Chapitre 40, page 152 : "Mon Joseph aussi a eu sa Passion. Et elle commença à Jérusalem quand il se rendit compte de mon état".

[28] Matthieu 27,25Luc 23,49Actes 1,14

[29] Tome 9, Chapitre 30, page 305 et suivantes

[30] Tome 10, Chapitre 23, page 207 et suivantes

[31] Ibid., Chapitre 24, page 224 et suivantes

[32] Ibid., Chapitre 27, page 232 et suivantes

[33] Ibid., Chapitre 35, page 271 et suivantes

[34] Ibid., Chapitre 36, page 283 et suivantes

[35] Référence des travaux de Jean Aulagnier