Maria Valtorta en 1943

Maria Valtorta
sa vie, son œuvre

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroductionGaucheT.gif

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du dossier Maria Valtorta

Traduction automatique de cette fiche :
 -  -  -

Panorama de l'œuvre de Maria Valtorta.


Autobiographie


L'évangile tel qu'il m'a été révélé (10 volumes)


Les Cahiers (3 tomes)


Le livre d'Azarias


Leçons sur l'épître de saint Paul aux romains


Commentaires
de l’Apocalypse.


ARTICLES CONNEXES



















En 1942, Maria Valtorta reçoit un nouveau confesseur : le Père Romualdo Migliorini. Il est frappé par la grandeur d'âme de cette mystique clouée au lit depuis neuf ans (voir la vocation de Maria Valtorta). Il lui demande d'écrire l'histoire de sa vie, ce qu'elle fait dans un temps très bref : de février à avril 1943. Cette narration a été publiée après sa mort sous le titre Autobiographie.         

À la fin de son récit, elle reçoit la vision de Jésus mourant sur la croix. C'est le Jeudi-Saint,
22 avril 1943. Commence alors une série ininterrompue de visions et dictées qui durent sept ans et demi, jusqu'au mois de novembre 1950. Puis tout s'arrête si ce n'est quelques dictées sporadiques jusqu'en 1954.  

Maria Valtorta consigne le tout sur des cahiers d'écolier comme cela lui est donné. Ce sont 122 cahiers au total, représentant 15.000 pages manuscrites écrites d'une seule traite.          

Il n'y a pas d'approche méthodique ou d'ordre chronologique dans ces dictées et visions. Elles lui sont données selon l'occasion. Mais réunies par la suite en plusieurs ouvrages, elles forment des ensembles d'une cohérence surprenante.

 Que comporte cet ensemble d'écrits ?    
Haut de page

Maria Valtorta reçoit principalement, mais non exclusivement, des scènes de la vie de Jésus il y a 2.000 ans. Ces visions ont été publiées sous les titres successifs de Poema del Uomo-Dio (Poème de l'Homme-Dieu) puis (1996) de L'Evangelo come mi è stato rivelato (L'Évangile tel qu'il m'a été révélé).         

Primitivement, cette vie de Jésus a circulé sous forme de copies dactylographiées. En 1947, Pie XII en prend personnellement connaissance. Il encourage sa publication. 

La vie de Jésus est publiée en 1956 dans une mauvaise édition en quatre volumes et de façon anonyme.       

Cette vie de Jésus a soulevé la polémique et fut mise un temps à l'Index des Livres prohibés pour défaut d'imprimatur,
comme nous le relatons par ailleurs.          

D'autres visions historiques ne sont pas insérées dans la vie de Jésus, mais dans la série des
Cahiers en trois volumes. Ces visions concernent notamment le martyr des premiers chrétiens comme : Agnès décapitée à Rome, Perpétue et Félicité livrées aux taureaux près de Carthage, Pétronille et sa servante Phénicule achevée par noyade dans le Tibre, Cécile suivant dans la mort son mari qu'elle avait converti, Clet (ou Anaclet), le 3ème pape, livré aux fauves et, plus récemment Flore et Marie martyrisées à Cordoue au IXème siècle, etc…        

D'autres visions mystiques, plus exceptionnelles, concernent le dévoilement du Paradis, de l'enfer ou des évènements présents ou à venir.         

D'autres enfin relatent les apparitions de Jésus et de Marie, et celle plus rare et effrayante, de Satan qui ne peut cependant s'approcher de Maria Valtorta.  

Dans la série des
Cahiers, des dictées se mêlent aux visions évoquées ci-dessus. Ces dictées forment des enseignements pour notre temps : elles commentent notre époque et son devenir. Elles incitent à la conversion par une catéchèse patiente, progressive et multiforme.   

Certaines dictées commentent des auteurs sacrés tels Isaïe, Ezéchiel ou Sophonie, etc. Fait surprenant, car Maria Valtorta n'a possédé sa première Bible que lui donne son confesseur, qu'à 46 ans au moment où elle reçoit ses visions. Elle ne la lit pas entièrement d’ailleurs mais s’y réfère ultérieurement. Auparavant, elle ne disposait auparavant que des quatre évangiles qu'elle connaissait parfaitement..      

D'autres dictées ont une valeur théologique qui impressionne les lecteurs les plus avertis. Elles forment des ensembles cohérents qui ont été extraits par l'éditeur de l'entrelacs des cahiers autographes. Ce sont :         

-
Le Livre d'Azarias : il comporte des commentaires des 58 messes festives du missel de Saint Pie X en usage à l'époque. Azarias, l'ange gardien de Maria Valtorta et parfois l'archange Raphaël, commentent les textes liturgiques (à l'exclusion des évangiles).  

-
Les Leçons sur l'épître de saint Paul aux romains : L'Esprit-Saint lui-même commente cette épître capitale. Ces commentaires sont d'une "bouleversante profondeur exégétique" selon Mgr René Laurentin[1].

Enfin les deux derniers cahiers autographes (n° 121 et 122) contiennent des
commentaires de l'Apocalypse. L'auteur ne se nomme pas, mais on suppose qu'il s'agit, là aussi, de l'Esprit-Saint. Ces commentaires n'ont pas donnés lieu à une publication spécifique, mais sont inclus – sur 70 pages - dans les Cahiers de 1945 à 1950.

 Synoptique des ouvrages de Maria Valtorta dans ses 122 cahiers autographes.
Haut de page

 L’œuvre de Maria Valtorta a été publiée progressivement.         
Haut de page

L'ensemble de l'œuvre de Maria Valtorta a été publié sur soixante ans. D'autres dictées éparses et la correspondance de Maria Valtorta sont encore inédites en français.      

- L'Évangile tel qu'il m'a été révélé, est extrait des visions reçues de janvier 1944 à avril 1947. Publié dès 1956, cette vie de Jésus a provoqué la polémique, mais rencontre un succès ininterrompu auprès d'un public varié. Pendant près de vingt ans, jusqu'en 1969, ce fut la seule œuvre publique de Maria Valtorta. Elle assure la renommée de la voyante. Quand, dans ses dictées, Jésus parle de "l'Œuvre" (avec une majuscule), ou du don fait à notre époque, il désigne pratiquement toujours cet ouvrage.  

- L'Autobiographie est publiée en 1969, huit ans après la mort de la mystique. Selon les instructions de Jésus, Maria Valtorta ne devait être connue qu'après sa mort. Cette autobiographie, rappelons-le, avait été écrite en tout premier, de février à avril 1943. 

- En 1972 deux autres ouvrages inspirés, le
Le Livre d'Azarias et Les Leçons sur l'épître de saint Paul aux romains, sont publiés coup sur coup. Ils sont détachés des 122 cahiers autographes de Maria Valtorta par les éditeurs, légataires universels de la mystique. 

Enfin à partir de 1976, l'éditeur publie les dictées et visions restantes dans trois ouvrages intitulés
Cahiers de 1943, 1944 et 1945 à 1950. Ces ouvrages sont loin d'être résiduels : ils couvrent 1.800 pages de visions et dictées allant de la vision initiale du Jeudi-Saint 1943 aux commentaires de l'Apocalypse.        

Enfin, en 2006 les éditeurs publient en italien un reliquat de dictées éparses sous le titre Quadernetti et une grande partie de sa correspondance. Ces ouvrages ne sont pas édités en français. Il a donc fallu attendre 60 ans pour que la quasi-totalité de l'œuvre de Maria Valtorta soit rendue publique. L'ensemble représente 19 volumes dont 16 sont édités en français.     

Plusieurs
ouvrages de compilations ont été extraits de l'œuvre de Maria Valtorta, ainsi que des ouvrages de commentaires ou d'exégèse.

 Poids respectif des différents ouvrages, en volume.      
Haut de page

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroductionBasT.gif

Haut de page - Nous contacter
Page sous licence GNU de documentation libre
souscrite par Valtortiste91
Fiche mise à jour le 25/02/2015

 



[1] Mgr René Laurentin, François-Michel Debroise, Jean-François Lavère "Dictionnaire des personnages de l’Évangile révélé par Maria Valtorta", Introduction, note de bas de page, Ed. Salvator, 2012.