"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

 5.297 - Con il discorso ad Aera termina il secondo grande viaggio apostolico.

 3.296 - Jesus Preaches at Aera.

 3.297 - Con el sermón de Aera termina el segundo gran viaje apostólico.

 5.340 - Jesus predigt in Aera.



Sennachérib assiège Jérusalem.


Jeudi 2 novembre 28
(27 Marhechwân ou Boul 3789)
Aëra.


       Vers l'index des thématiques

 Les pressions et insinuations exercées à l’encontre de la Foi.

 Persévérance.


            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- Discours : (Je vais vous laisser Timon .............. 492

- Un danger vous guette 492

- Vous serez attaqués spirituellement ............ 493

- Soyez persévérants) 493

- Tristesse de Jésus ... 494

- Départ de Jésus avec les douze ............................ 494

- [Commentaire de Jésus : Pour les docteurs pointilleux] ........................................ 495


Les références de l'Ancien Testament sont de David Amos.

 

Accueil >> Plan du site >> Sommaire du Tome 4


Tome 4, chapitre 161.

297.
Jésus prêche à Aëra.


 

Vision du dimanche 7 octobre 1945

492> Jésus parle sur la place principale d'Aëra : "...Et Moi, je n'en suis pas à vous dire, comme j'ai dit ailleurs, les premières et indispensables choses à savoir et à faire pour se sauver. Vous les connaissez, et très bien, grâce à Timon, le sage synagogue de la Loi ancienne, maintenant très sage parce qu'il la renouvelle à la lumière de la Loi nouvelle. Mais je veux vous mettre en garde contre un danger que, dans l'état d'esprit où vous vous trouvez, vous ne pouvez pas voir.  Le danger d'être dévié par des pressions et des insinuations cherchant à vous détacher de la foi que vous avez maintenant en Moi. Maintenant je vais vous laisser Timon pour quelque temps. Et avec les autres il vous expliquera les paroles du Livre à la lumière nouvelle de ma Vérité qu'il a embrassée. Mais avant de vous quitter, après avoir scruté vos cœurs et les avoir vus sincères dans leur amour, pleins de bonne volonté et humbles, je veux commenter avec vous un point du quatrième livre des Rois[1].    

Quand Ezéchias, roi de Juda, fut attaqué par Sennachérib
[2], les trois grands du roi ennemi vinrent à lui pour le terroriser[3]. Pour le terroriser par la crainte de la rupture des alliances, et des puissances qui déjà le cernaient[4]. Et aux paroles des puissants envoyés, Eliacim (Elyaqim), Sobna (Shebna) et Joae (Yoah) répondirent : "Parle de façon que le peuple ne comprenne pas[5]" et cela dans le but que le peuple terrorisé ne demande pas la paix.

Haut de page           

493> Mais c'est ce que voulaient les envoyés de Sennachérib et ils dirent à haute voix dans un hébreux parfait[6] : "Qu'Ezéchias ne vous séduise pas[7]... Faites avec nous ce qui vous est utile et rendez-vous; et chacun pourra manger de sa vigne et de son figuier et boire l'eau de sa citerne[8] jusqu'à ce que l'on vienne vous transporter dans une terre semblable à la vôtre, dans une terre féconde, avec d'excellents vignobles, dans une terre qui produit en abondance le froment et les raisins, dans une terre d'olives et d'huile et de miel, et vous vivrez et ne mourrez pas[9]... "Et il est dit : "Le peuple ne répondit pas parce qu'il avait reçu du roi l'ordre de ne pas répondre[10]".

Voici. Moi aussi, par pitié pour vos âmes assiégées par des forces encore plus féroces que celles de Sennachérib qui pouvait s'en prendre aux corps sans porter atteinte aux esprits, alors que pour vous c'est aux esprits qu'il fait la guerre à l'aide d'une armée commandée par le despote le plus orgueilleux et le plus cruel qui existe dans la création, j'ai prié les envoyés qui pour m'attaquer en vous essaient de nous terroriser Moi et vous par des menaces de châtiments terribles, en leur disant : "Parlez à Moi seul, mais laissez en paix les âmes qui maintenant naissent à la Lumière. Tourmentez-moi, torturez-moi, accusez-moi, tuez-moi, mais ne vous acharnez pas sur ces petits enfants de la Lumière. Ils sont faibles encore. Un jour ils seront forts, mais maintenant ils sont faibles. Ne vous acharnez pas contre eux. Ne vous attaquez pas à la liberté des esprits de choisir un chemin. Ne vous acharnez pas sur le droit de Dieu d'appeler à Lui ceux qui le cherchent avec simplicité et amour".     

Mais est-ce que quelqu'un qui hait, peut jamais céder aux prières de celui qu'il hait ? Est-ce que quelqu'un qui est possédé par la haine peut jamais reconnaître l'amour ? Il ne le peut. Par conséquent avec encore plus de dureté, et toujours avec plus de dureté, ils viendront vous dire : "Que le Christ ne vous séduise pas. Venez avec nous et vous aurez tout bien", Et ils vous diront : "Malheur à vous si vous le suivez, Vous serez persécutés". Et ils vous harcèleront en vous témoignant une feinte bonté : "Sauvez vos âmes. Lui c'est un Satan". Ils vous diront tant de choses sur mon compte, tant de choses pour vous persuader de quitter la Lumière.     

Moi, je vous dis : "Aux tentateurs répondez par le silence", Quand ensuite la Force du Seigneur sera descendue dans le cœur des fidèles de Jésus Christ, Messie et Sauveur, alors vous pourrez parler parce que ce ne sera pas vous, mais l'Esprit même de Dieu qui parlera par vos lèvres, et vos esprits deviendront adultes dans la Grâce, forts et invincibles dans la Foi.  

Haut de page           

494>  Soyez persévérants. Je ne vous demande que cela. Souvenez-vous que Dieu ne peut céder aux sortilèges d'un de mes ennemis. Vos malades, ceux qui ont eu réconfort et paix pour leurs esprits, qu'ils parlent toujours par leur seule présence, de qui est Celui qui est venu parmi vous pour vous dire: "Persévérez dans mon amour et dans ma doctrine et vous aurez le Royaume des Cieux". Mes œuvres parlent plus encore que mes paroles, et bien que ce soit une béatitude parfaite de savoir croire sans avoir besoin de preuves, Moi je vous ai permis de voir les prodiges de Dieu pour que vous soyez fortifiés dans la foi. Répondez à votre cerveau tenté par les ennemis de la Lumière, par les paroles de votre esprit : "Je crois, parce que j'ai vu Dieu dans ses œuvres". Répondez aux ennemis par un silence actif. Et par ces deux réponses vous progresserez dans la lumière. La paix soit toujours avec vous."

Et il les congédie en s'éloignant ensuite de la place.


"Pourquoi, leur as-tu parlé si peu, Seigneur ? Timon pourrait en être déçu" dit
Nathanaël.

"Il ne le sera pas parce que c'est un juste et il comprend qu'avertir quelqu'un d'un danger c'est l'aimer d'un amour plus fort. Ce danger est imminent."
  

"Toujours les pharisiens, hein ?" demande
Mathieu.   

"Eux et d'autres."
    

"Tu es accablé, Seigneur ?" demande
Jean angoissé.           

"Non. Pas plus qu'à l'ordinaire..."
     

"Et pourtant tu étais plus heureux les jours derniers..."
         

"Ce sera la tristesse de n'avoir plus les disciples avec Lui. Mais pourquoi les as-tu renvoyés ? Tu veux, peut-être, continuer le voyage ?" dit
l'Iscariote.  

"Non, c'est la dernière étape. De là, on rentre à la maison. Mais les femmes ne pouvaient plus continuer en cette saison. Elles ont beaucoup fait. Elles ne doivent pas faire davantage."
 

"Et Jean ?"
  

"
Jean, malade, est dans une maison hospitalière comme tu l'as été[11]."         

Puis Jésus prend congé de Timon et des autres disciples qui restent dans la région et auxquels il a certainement donné des ordres pour l'avenir car il ne donne pas d'autres conseils.
     

Haut de page           

495> Ils sont sur le seuil de la maison de Timon, car encore une fois Jésus a voulu bénir la maîtresse. La foule, respectueuse, l'observe et le suit quand il reprend le chemin vers le faubourg, les jardins, la campagne. Et les plus tenaces le suivent quelque peu en groupe de plus en plus éclairci jusqu'à rester à neuf, puis cinq, puis trois, puis un... Et même ce dernier s'en retourne à Aëra alors que Jésus prend la direction de l'ouest, seul avec les douze apôtres, parce que Hermastée est resté avec Timon.


Jésus dit :    

Et le voyage, le second grand voyage apostolique est terminé. Maintenant on retourne dans les campagnes connues de la Galilée.

Pauvre Maria (Valtorta), tu es à bout plus que Jean d'Endor. Je te permets d'omettre les descriptions des lieux. Nous avons tant donné pour les chercheurs curieux. Et ils seront toujours "des chercheurs curieux". Rien de plus. Maintenant, c'est assez. Ta force s'en va. Réserve-toi pour la parole. Avec le même esprit avec lequel j'ai constaté l'inutilité "de tant de mes fatigues, je constate l'inutilité de tant de tes fatigues. Aussi je te dis: "Garde-toi seulement pour la parole". Tu es le "porte-parole". Oh ! en vérité pour toi se répète ce qui a été dit : "Nous avons joué de la flûte et vous n'avez pas chanté. Nous avons "fait des lamentations et vous n'avez pas pleuré". Tu as répété mes seules paroles, et les docteurs pointilleux ont froncé le nez. Tu as uni à mes paroles tes descriptions et on trouve à redire. Maintenant ils trouveront encore à redire. Et tu es à bout. Je te dirai quand tu devras décrire le voyage. Moi seul. Cela fait un an à peu près que je t'ai frappée. Mais veux-tu, avant que l'année se termine, reposer de nouveau sur mon Cœur ? Viens donc, petite martyre..."    

Haut de page           

 



[1] Notes tirées de la Bible Osty : "Les livres des Rois font suite aux livres de Samuel. Dans les manuscrits de la Bible hébraïque, l’ouvrage ne forme qu’un seul livre "Les Rois". C’est la version grecque des Septante, suivie par la Vulgate, qui a introduit la division en deux tomes d’importance à peu près égale. Cette division, malgré son caractère arbitraire, est passée dans les éditions imprimées de la Bible hébraïque" Le quatrième livre des Rois est donc ce que nous appelons le deuxième livre des Rois.

[2] 2 Rois 18,13.

[3] 2 Rois 18,17-18.

[4] 2 Rois 18,19-25.

[5] 2 Rois 18,26.

[6] 2 Rois 18,28.

[7] 2 Rois 18,29.

[8] 2 Rois 18,31.

[9] 2 Rois 18,32.

[10] 2 Rois 18,36.

[11] Voir le chapitre 87 où les apôtres s'enquièrent de la maladie de Judas puis le chapitre 89 où Judas, soigné par les sainte femmes, confie s'être interrogé, à cette occasion, sur lui-même et sur la mort.