L'œuvre de Maria Valtorta
© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

Accueil >> Plan du Site >> Index des personnages

Traduction automatique de cette fiche :
 -  -  -

Marie de Magdala ou Marie-Madeleine.

La disciple passionnée.

 

Présentation générale
Haut de page

Ci-dessus, illustration de Renato Ammannito d'après les descriptif de Maria Valtorta.    

Myriam, surnommée familièrement "Miri" par sa sœur
Marthe, naît à Antioche de Syrie vers l'an 4, d'un père syrien, Théophile, gouverneur local de la province, et d'Euchérie, une judéenne de la lignée royale de David.     

À Jérusalem, où ses parents s'installent, elle ne tarde pas à créer le scandale : "À peine pubère elle s'est montrée légère. Mais, depuis quatre ans !!!" rapporte
Judas (Tome 2, chapitre 63). Après son divorce, elle mène une vie dissolue à Magdala, dans la propriété qu'elle a héritée de ses parents, morts de chagrin. Elle y brûle sa vie en compagnie d'amants successifs et pousse l'un d'eux au meurtre par jalousie (Tome 3, chapitre 43). Ce scandale permanent rejailli aussi sur Lazare, son frère aîné, qui déserte son palais de Sion, à Jérusalem pour se réfugier dans la propriété de leur sœur Marthe, à Béthanie.   

Mais les rencontres avec Jésus – dont celle, provocatrice, du Sermon sur la Montagne (
Tome 3, chapitre 34) - et certains évènements dramatiques, dont le meurtre qu'elle occasionne, l'amènent à évoluer. C'est pour elle, qui écoute cachée derrière un muret, que Jésus dit la parabole de la brebis perdue[1] (Tome 4, Chapitre 94).  

Sa conversion intervient au terme de combats internes violents, tout à son image (
Tome 5, chapitre 67) : elle se précipite chez Simon, le pharisien où Jésus dîne[2]. Elle essuie de ses cheveux les pleurs qu'elle verse sur ses pieds (Tome 4, chapitre 97). Bouleversée, elle se réfugie à Nazareth auprès de la Vierge Marie (Tome 4, Chapitre 100).      

À partir de ce moment, elle rejoint le groupe des
femmes-disciples qui suivent épisodiquement la troupe apostolique et l'aide de leurs biens[3]. Son caractère fougueux, mis jusqu'ici au service de la vie dissolue, se retourne au service de Jésus avec la même intensité : elle affronte le mépris de ses anciens amants, l'hostilité grandissante du Sanhédrin, revit dans le délire de son frère Lazare mourant tout le mal qu'elle a fait. Elle connaît le dépouillement après la richesse : "Moi, je vous dis ce que vous ne savez pas : que tous les biens personnels de Marie (sœur) de Lazare sont pour les serviteurs de Dieu et pour les pauvres du Christ" (Tome 4, Chapitre 140).           

Jésus confie à Lazare : "Sais-tu qui, parmi mes plus intimes, a su changer sa nature pour devenir du Christ, comme le Christ le veut ? Une seule : ta sœur Marie. Elle est partie d'une animalité complète et pervertie pour atteindre une spiritualité angélique. Et cela par l'unique force de l'amour" (
Tome 9, Chapitre 6). Son impétuosité, la force de son amour, la position sociale qu'elle occupe comme protégée de l'administration romaine dont son père était issu, en font un personnage de premier plan dans l'Évangile comme dans l'œuvre de Maria Valtorta.      

Elle choisit "la meilleure part" aux pieds de Jésus quand sa sœur Marthe s'active aux devoirs de l'hôtesse
[4] (Tome 5, chapitre 67). Elle prophétise la Passion par l'onction de Béthanie[5]. (Tome 8, chapitre 47).       

Les soins qu'elle procure à son frère mourant, sont l'occasion d'une dernière purification : dans son délire, Lazare lui fait revivre toutes les étapes douloureuses de son passé honteux (
Tome 8, chapitre 4). Jésus lui avait confié : "Tu es une des âmes que Satan hait le plus, mais tu es aussi une des plus aimées de Dieu" (Tome 7, chapitre 180).      

Impétueuse, elle tient tête au Sanhédrin, sur le Golgotha (
Tome 9, chapitre 29), par sa seule autorité. La même qui maintient le courage des femmes disciples dans les heures troubles qui suivent la mort de Jésus (du Tome 9, chapitre 30, jusqu'au chapitre 35).   

Elle est la première à voir le tombeau vide, Tout son amour éclate enfin dans son cri affectueux qui salue Jésus ressuscité : "Rabbouni !
[6]" (Tome 10, chapitre 5).  

Elle est aussi une des premières personnes à aller vénérer le Golgotha après la Passion de Jésus : "Il y a déjà quelqu’un qui vous y a précédés, dit Jésus ressuscité à ses apôtres craintifs. sans craindre les moqueries et les vengeances, sans craindre de se contaminer. Et pourtant qui vous a précédés avait une double raison de craindre cela" (
Tome 10, chapitre 16).  

Jésus avait prophétisé la fin de vie érémitique de Marie de Magdala : "Il n'y a pas d'autre voie pour toi, Marie, que l'amour. En effet quelle que soit la voie que tu prendras, elle sera toujours amour. Amour si tu rends service en mon nom. Amour si tu évangélises. Amour si tu t'isoles. Amour si tu te martyrises. Amour si tu te fais martyriser. Tu ne sais qu'aimer, Marie. C'est ta nature" (
Tome 8, chapitre 11). Dans ce même dialogue, Marie de Magdala souhaite le martyre par l'amour. Il lui est accordé : "Quelle grâce de mourir d'amour pour Toi !".

Caractère et aspect
Haut de page

Marie a environ 23 ans quand elle croise, en compagnie de quelques fêtards, Jésus en Galilée. Elle est grande, blonde, avec des "tresses grosses comme le bras, descendant jusqu’aux genoux". Sa voix de contralto, passionnée et chaude, est à l'unisson de son caractère fougueux. Sa beauté est servie par un regard très vif, des yeux et des mains splendides. Sa physionomie rappelle celle de sa mère, une sainte, selon l'avis de ceux qui l'ont connue (Tome 2, chapitre 63).

La fin de vie de Marie Madeleine
Haut de page

Les persécutions contre les chrétiens s'accentuent avec l'avènement d'Hérode-Agrippa 1er et la famille de Béthanie s'expatrie : "… avec une extrême douleur, ils se sont éloignés d’ici pour porter ailleurs la Parole divine qui ici aurait été étouffée par les juifs" (Tome 10, chapitre 34). Ceci corrobore la tradition bien établie sur leur exil en Gaule : Lazare à Marseille, Marthe à Tarascon, Marie à la Sainte-Baume et leur intendant Maximin* dans la ville qui porte son nom.            

D'ailleurs, dans une vision rapportée
dans les Cahiers de 1944, Maria Valtorta voit la mort de Marie Madeleine dans une grotte qui semble être celle de la Sainte Baume (Provence). Elle meurt aux alentours de l'an 80 de notre ère, probablement à l'âge de 75 ans environ[7].        

On suppose que la fin de sa vie se passe dans la douleur si l’on en croit cette phrase de Jésus à Maria Valtorta : "Puis viendra le jour où je dirai comme à Marie de Magdala mourante : Repose-toi. Il est temps pour toi de reposer. Donne-moi tes épines. Il est temps de roses. Repose-toi et attends" (
Tome 1, chapitre 22).      

Ce chemin aboutit à la félicité finale : "Marie, une bonne servante pour Moi. Aujourd'hui plus qu'hier. Demain plus qu'aujourd'hui. Jusqu'à ce que je te dise : Cela suffit, Marie. C'est l'heure de ton repos.        

"
- C'est dit, Seigneur, lui répond Marie Madeleine. Je voudrais que tu m'appelles, alors. Comme tu as appelé mon frère hors du tombeau. Oh ! appelle-moi, Toi, hors de la vie !         

"- Non, pas hors de la vie, dit Jésus. Je t'appellerai à la Vie, à la vraie Vie. Je t'appellerai hors du tombeau qu'est la chair et la Terre. Je t'appellerai aux noces de ton âme avec ton Seigneur" (
Tome 8, chapitre 11).

Son nom
Haut de page

En hébreu Miriâm מרים. Ce nom répandu peut désigner l'amertume ou "celle qui est élevée", "Prophétesse" ou le féminin de "Seigneur".  La tradition chrétienne joue, notamment pour la Vierge Marie, du rapprochement avec "mar yam", goutte d'au de mer, ce qui est traduit en latin par le vocable Stella Maris, l'étoile de la mer.   

Alphabet hébreu sur croixsens.net.

Où en parle-t-on dans l'œuvre ?
Haut de page

Marie de Magdala fait partie des personnages fondamentaux évoqués plus de 50 fois dans l'œuvre.

 Tome 1 : 1.22.      
 Tome 2 : 2.63 - 2.79 - 2.83 - 2.84 - 2.102 - 2.103.   
 Tome 3 : 3.18 - 3.34 - 3.43 - 3.44. 
 Tome 4 : 4.88 - 4.90 - 4.92 - 4.94 - 4.95 - 4.96 - 4.97 - 4.98 - 4.99 - 4.100 - 4.101 - 4.102 - 4.103 - 4.104 - 4.105 - 4.106 - 4.107 - 4.108 - 4.109 - 4.110 - 4.111 - 4.112 - 4.113 - 4.115 - 4.116 - 4.117 - 4.118 - 4.123 - 4.124 - 4.140 - 4.143 - 4.145 - 4.146 - 4.149 - 4.150 - 4.151 - 4.154 - 4.157 - 4.158 - 4.168 - 4.177.     
 Tome 5 : 5.1 - 5.26 - 5.36 - 5.38 - 5.51 - 5.52 - 5.55 - 5.57 - 5.60 - 5.61 - 5.62 - 5.65 - 5.66 - 5.67 - 5.68.       
 Tome 6 : 6.98 - 6.104 - 6.111 - 6.132 - 6.140.         
 Tome 7 : 7.161 - 7.180 - 7.199 - 7.216 - 7.233.       
 Tome 8 : 8.1 - 8.2 - 8.3 - 8.4 - 8.5 - 8.6 - 8.8 - 8.11 - 8.12 - 8.20 - 8.21 - 8.27 - 8.29 - 8.34 - 8.35 - 8.36 - 8.37 - 8.39 - 8.40 - 8.42 - 8.44 - 8.45 - 8.47.          
 Tome 9 : 9.6 - 9.8 - 9.9 - 9.15 - 9.17 - 9.18 - 9.29 - 9.30 - 9.31 - 9.32 - 9.33 - 9.34 - 9.35.      
 Tome 10 : 10.1 - 10.2 - 10.5 -10.6 - 10.12 - 10.14 - 10.16 - 10.21 - 10.22 - 10.23 - 10.26 - 10.28 - 10.29 - 10.33 - 10.34.

 En savoir plus sur ce personnage
Haut de page

Extraits du Dictionnaire des personnages de l’Évangile, selon Maria Valtorta (Mgr René Laurentin, François-Michel Debroise, Jean-François Lavère, Éditions Salvator, 2012).  
----------------------

Ci-contre : reliques de Marie de Magdala conservées dans la Basilique de Saint-Maximin-La-Sainte-Baume (Var-France).          

Marie Madeleine est fêtée le 22 juillet. Chaque année, à cette date, l'ostentation de ses reliques (sa tête) a lieu à la Basilique de Saint-Maximin en Provence. 

Ce personnage fascinant a donné lieu de tous temps à de nombreux écrits. La Légende Dorée de Jacques de Voragine (XIIIème siècle) fait écho à certains éléments repris dans Maria Valtorta : "Marie, surnommée Magdeleine, du château de Magdalon, naquit des parents les plus illustres, puisqu'ils descendaient de la race royale. Son père se nommait Syrus et sa mère Eucharie. Marie possédait en commun avec Lazare, son frère et Marthe, sa sœur, le château de Magdalon, situé à deux milles de Génézareth, Béthanie qui est proche de Jérusalem, et une grande partie de Jérusalem. Ils se partagèrent cependant leurs biens de cette manière : Marie eut Magdalon d'où elle fut appelée Magdeleine, Lazare retint ce qui se trouvait à Jérusalem, et Marthe posséda Béthanie
[8]".

Ce même ouvrage, se référant à Hégesippe, un historien du IIème siècle, atteste « qu'elle vint au territoire d'Aix, s'en alla dans un désert où elle resta inconnue l’espace de trente ans
[9]". Dès le début du Vème siècle, Jean Cassien qui établit une communauté monastique à la Sainte Baume, à 20 km de Saint-Maximin, confirmait cette tradition.

Pour Anne-Catherine Emmerich, la famille de Béthanie s'est bien exilée en Gaule[10].  

Selon Jean Aulagnier
[11], cette présence des saints de Béthanie explique l'évangélisation précoce de la Gaule qui ne peut se référer à aucun apôtre contrairement aux autres régions de l'empire romain.  

La
Basilique de Saint-Maximin s'honore d’abriter les tombeaux d'autres saints liés, selon Maria Valtorta, à la famille de Béthanie: Suzanne*, la jeune épouse de Cana et une des femmes qui suivaient Jésus16, Marcelle* la servante de Marthe, Sidoine* l'aveugle-né17, et plus loin en Provence, Sara*, une des femmes-disciples. 

Une partie des reliques de Marie Madeleine, transportées au 11ème siècle en Bourgogne, à Vézelay, a fondé la célèbre Basilique Sainte-Madeleine et ses pèlerinages. Ceux de Saint-Maximin trouvent un regain d'intérêt, au 13ème siècle, avec la découverte de tombeaux perdus de vue pendant les siècles. Celui de Marie-Madeleine est découvert en 1279 par Charles II d’Anjou, le neveu du roi Saint-Louis : l’emplacement lui a été indiqué par la Sainte elle-même ! Avec l’appui du pape Boniface VII, il fait construire sur sa tombe une basilique et un couvent. Le chantier entrepris en 1295, dura trois siècles et vit s’épanouir le plus grand édifice gothique de Provence, toujours debout.

Retour à l'index des personnages
Fiche mise à jour le
01/05/2014

 



[1] Cf. Matthieu 18,12-14 et Luc 15,1-7.

[2] Cf. Luc 7,36-50.

[3] Cf. Luc 8,2-3.

[4] Cf. Luc 10,42.

[5] Cf. Matthieu 26,6-13; Jean 12,1-8.

[6] Cf. Jean 20,16.

[7] Pour établir ce chiffre, nous avons rapproché plusieurs informations. La première concerne sa date de naissance estimée au début de la Vie Publique (an 27) : « Il y a dix ans qu'elle fait parler d'elle. À peine pubère elle s'est montrée légère. Mais, depuis quatre ans ! ». La deuxième information date la persécution d’Hérode-Agrippa 1er, qui chasse probablement la famille de Béthanie. Elle se situe quatorze ans après la Passion, en 44. Enfin, la tradition donne une vie érémitique de 30 ans pour Marie de Magdala. L'ensemble de ces indices donnent l'estimation de 70/75 ans selon la date de naissance supposée de Marie de Magdala.

[8] Jacques de Voragine, La légende dorée, Tome 2, page 243.

[9] Ib° page 256.

[10] Visions d'Anne-Catherine Emmerich Ed. Téqui – Vol. 3, page 416 et suivants.

[11] Le premier siècle chrétien, Ed. Résiac, 1989, page 187. Nous publions un autre extrait de cet ouvrage où Jean Aulagnier traite d'une thèse sur "Une ou plusieurs Marie (de Magdala) ?". Il est partisan, comme Maria Valtorta, d'une seule et même personne.